fbpx

LE LIEU- Samedi 18 mars a eu lieu le concert du Brass Band L’Echo des Forêts dans la grande salle du Lieu. Plus de 150 personnes ont eu le nez creux en venant assister à un récital éclectique et très technique sous la baguette du directeur Joël Chabod.

La petite trentaine de musiciens était accompagnée par «deux renforts» pour cette soirée spéciale, ajoutant une plus-value au programme. Celui-ci est inspiré non-seulement du 7 e Art, avec des interprétations de «My name is Nobody» (Mon nom est Personne), célèbre western spaghetti de Sergio Léone avec Henry Fonda et Terence Hill, dont la musique est composée par Ennio Morricone et «The Rock» de Nick Glenner-Smith et Hans Zimmer, le roc en question est la célèbre ancienne prison d’Alcatraz. Un programme qui parcourt les siècles, avec «The Lost Chord» de 1877, d’Arthur Sullivan qui a composé ce morceau pour son frère mourant; on passe en 1955 avec «The golden Lady» de Goff Richards, évoquant une statue luxembourgeoise que les nazis se sont acharnés en vain à détruire; on arrive en 1985 avec «Nikita» de Sir Elton John, dont on apprend qu’il a donné plus de 5000 concerts en public «un record». Un solo d’Evelyne Favre qui a tenu à le faire en l’honneur de son anniversaire de mariage. Un morceau longuement applaudi, tellement qu’il a été bissé. Andréa Bocelli a également fait partie de la fête avec une magnifique interprétation de «Vivo per lei», «Punchinello», une quickmarche de William Rimmer et pour terminer le récital, «Sofia» d’Alvaro Soler, une chanson joyeuse et dynamique qui a pourtant été écrite pour une rupture! Fêtant ses 70 ans ce jour-là, Gérald Hautier a, une fois de plus, excellé dans la présentation des morceaux interprétés par le Brass Band du Pont, trouvant toujours la petite histoire, la petite anecdote qui fait que la musique est écoutée différemment d’un concert «classique».

La Chorale «Aquarelle» assurait la deuxième partie du spectacle. Dirigée par Marcel Magnin et venant de La Sarraz, le Choeur Aquarelle est «une petite chorale qui nous transporte entre Gospel, renaissance, chanson française, a capella, avec une petite mise en scène très sympathique…».

Le directeur de l’Echo des forêts, Joël Chabod, a tenu en fin de spectacle à remercier les musiciens qui «ont réussi à relever ce challenge: faut s’accrocher» tant les morceaux choisis étaient techniques. Une belle soirée qui s’est soldée par une tombola!

FAVJ – Carmen Mora Mars 2017